THÉÂTRE D'OMBRES ET DE SILHOUETTES

LE  LOUP  ET  LES  OIES


loup en théâtre d`ombres chinoises silhouettes marionnette
Dover Publications Inc.

 
     Un beau jour, un loup s'en vint dans une prairie dans laquelle était assis tout un troupeau de jolies oies bien grasses. Lorsque le loup les vit, il leur sourit et dit : "J'arrive à point. Vous êtes là, assises ensemble, et je peux ainsi vous compter à loisir".
 
Dover Publications Inc.
 
     Pauvres oies ! Elles n'avaient nulle part où se cacher, elles cacardaient de peur, se lamentaient et suppliaient (...) le loup de les laisser en vie.

    Mais lui, comme s'il n'entendait, pas répétait : "Pas de quartier, vous devez mourir".

     Enfin, une des oies se ressaisit et dit : "Puisque nous avons le malheur de devoir renoncer aussi jeunes à la vie, fais-nous au moins la grâce de nous permettre de prier. Nous ne voudrions pas mourir dans le péché. Puis, nous nous mettrons en rang devant toi afin que tu puisses choisir la plus dodue d'entre nous".

     Le loup accepta : "Puisque vous y mettez de la bonne volonté, et puisque vous êtes si pieuses, d'accord, priez donc, j'attendrai un peu".

      La première oie se mit à prier. Et il s'agissait vraiment d'une prière interminable. Elle cacarda comme si cela ne devait jamais prendre fin. Puis la seconde lui succéda et se mit à prier de la même façon. La troisième et les suivantes vinrent ensuite, jusqu'à la dernière. Après quoi, elles prièrent en choeur.

     Le loup écoutait cela et piétinait de rage. Il fut souvent sur le point de bondir. Mais, interrompre un saint discours aurait été une trop grande honte, même pour un aussi fieffé gredin. Comme les oies ne cessaient pas leurs prières, il se lassa d'attendre et, outré, tourna les talons. Quant aux oies, elles n'interrompirent pas pour autant leur prière. Elles cacardent toujours, là-bas, sur la prairie.

 
Victor HUGO.

 


     Initialement, cette histoire a été représentée avec six ombres : un loup, quatre oies formant une seule ombre, quatre oies séparées.
     Le rôle des quatre oies séparées était de jouer aux électrons libres et de surprendre les spectateurs.

     Si le texte est bien dramatisé, si les oies cacardent copieusement en sautillant, si le loup va et vient, il s'agit d'une pièce très jouable et bien suivie par le public. 

     Le texte était lu par une seule personne qui faisait les différentes voix mais on peut très bien imaginer donner les rôles du loup ou des oies à différents lecteurs ou lectrices. 

     On peut également imaginer un animateur réciter l'histoire devant le castelet, des enfants lire chacun une partie du texte. L'imagination est au pouvoir.

     On pourra trouver des silhouettes d'oies sur :
http://www.google.fr/imgres?


 



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement