THÉÂTRE D'OMBRES ET DE SILHOUETTES

LES DISCIPLES D'EMMAÜS
 

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1156706j
 

Récit Évangélique en sept Tableaux


Poème de Pol Canteroy

Musique de Jean Fragerolle

Ombres et Décors de H. Callot


les disciples d`emmaus, bible, theatre d`ombres, ombres chinoises, silhouettes marionnettes

1. - LES FUGITIFS
2. - VERS EMMAÜS

3. - LA RENCONTRE
4. - LES PROPHÉTIES

5. - LE REPAS
6. - LES ONZE

7. - LA PAIX SOIT AVEC VOUS


INTRODUCTION
 

Au Golgotha maudit, les trois croix vers la nue

Levaient leurs bras sanglants.

Le disciple pleurant,

Vainement de Jésus attendait la venue ;

Le tombeau du doux Maître était vide pourtant.


RIDEAU

les disciples d`emmaus, bible, theatre d`ombres, ombres chinoises, silhouettes marionnettes

PREMIER TABLEAU : LES FUGITIFS
 

Cependant, il disait qu'il reviendrait encore.

Hélas ! Durant trois jours dut se lever l'aurore.

Depuis qu'à son tombeau, les femmes ont pu voir

La lourde pierre retirée ;

Près d'elle un chérubin dont la main vénérée

Leur faisait un geste d'espoir ;

Honte et malheur sur nous, nous l'eussions dû défendre,

Mais d'un simple regard, d'un mot de sa voix tendre,

Il aurait arrêté l'élan de notre bras

Levé sur ses bourreaux sans âme.

Quittons Jérusalem, cité deux fois infâme,

Que lui préféra Barabas !
 

les disciples d`emmaus, bible, theatre d`ombres, ombres chinoises, silhouettes marionnettes

DEUXIÈME TABLEAU : VERS EMMAÜS


Deux disciples pourtant s'en allaient solitaires ;

Le soir tombait, le soir plein de mystères.

« Regagnons, disaient-ils, le hameau de nos pères,

Le Maître ne reviendra plus,

Cachons aux assassins nos larmes trop amères,

Et nos regrets trop superflus,

Emmaüs est prochain. Dans son morne silence,

Nous vivrons tous deux ignorés,

Car nul ne connaîtra notre folle espérance

Et nos remords désespérés. »

les disciples d`emmaus, bible, theatre d`ombres, ombres chinoises, silhouettes marionnettes

TROISIÈME TABLEAU : LA RENCONTRE
 

Aux rayons de la lune, apparaît le village

Que les marcheurs ont pris pour but de leur voyage

Quand un nouveau venu leur emboîte le pas,

Et les disciples ne le reconnaissent pas.

« De qui donc parlez-vous, et quelle est votre peine,

Dit l'étranger ? - Venez-vous d'assez loin

Pour n'avoir pas été témoin

Du procès de Jésus, de sa mort inhumaine ?

Nous espérions par Lui voir sauver Israël

Il a pour jamais regagné le ciel. »

Aux rayons de la lune, apparaît le village

Que les marcheurs ont pris pour but de leur voyage.


 

QUATRIÈME TABLEAU : LES PROPHÉTIES


La lune alors voila sa face,

Et l'étranger parla dans la paix de la nuit :

« Hommes de peu de foi, dit-il, ce qui se passe,

Dans les livres sacrés ne fut-il pas prédit ?

Moïse annonça la naissance

Du Sauveur à son peuple errant,

Lorsque, dans le désert immense,

Il émigrait vers Chanaan.

Plus tard, Michaya le prophète,

Dit qu'un sauveur né dans Juda

Paraîtrait sous le ciel en fête

De vers Berhléem Ephrata.

C'est au même temps qu'Isaïe

Prédit qu'une vierge au front pur

Enfanterait un doux Messie

Méconnu du peuple au cœur dur ;

Du ciel enfin, espoir suprême,

Indiqua le moment précis

Où dans cinq-cents ans, du ciel même,

Dieu le père enverrait son fils

Dont la mort cruelle et féconde,

Les maux patiemment soufferts,

Devaient enfin sauver le monde

Et l'arracher aux noirs enfers !

C'est ainsi que devait se passer toute chose.

Le fils de l'homme et fils de Dieu

Dans la paix des tombeaux nullement ne repose.

Il revit au pays hébreu,

Il est auprès de vous dans votre humble demeure,

Il se tient sur votre chemin ;

Pour se faire connaître, il choisira son heure,

Aujourd'hui, peut-être demain.

Alors dans Sion, les fidèles

Étendront leurs bras vers l'azur

Où la Vierge, de ses pieds frêles,

Foulera le serpent impur.

Toute ville, proche ou lointaine,

Convertie à nos Saintes lois,

Chantera la prière humaine

Du Rédempteur mort sur la croix.

Dans Rome, ville de lumière,

Arrachée aux cultes pervers,

Naîtra l'église de Saint Pierre

Où Dieu régira l'univers !

Mais l'heure n'était pas venue où le mystère

Put être révélé par un simple entretien,

Les disciples, les yeux détournés vers la terre,

Ne voyaient et n'entendaient rien.


CINQUIÈME TABLEAU : LE REPAS


Alors l'étranger accepta l'invite

De venir prendre place au modeste repas

Préparé pour les fils d'Emmaüs. Il s'acquitte

Du soin de rompre le pain, et son bras

Le bénit et leur tend tout en rendant les grâces.

Quel souvenir, ô ciel ! Soudain, leurs yeux voient clair.

C'est lui , c'est le seigneur ! Devant l'être si cher

Ils inclinent leurs têtes

Et lorsqu'ils relèvent le front,

Tendant les bras au divin Maître,

Furtif et prompt,

Celui qu'ils adoraient venait de disparaître.


SIXIÈME TABLEAU : LES ONZE


Cependant, à Sion, dans une salle basse,

Les onze s'étaient réunis ;

Rien ne pouvait calmer leur affreuse disgrâce,

Ni les propos de leurs amis

Qui disaient : « Le Sauveur parut à Madeleine,

Même il l'appela par son nom.

On a dit, et la chose, on l'assure, est certaine,

Il vient d'apparaître à Simon,

Saint Pierre avec André, Jacques, Saint Jean lui même,

Ce fils aimé du Rédempteur,

Sentaient le désespoir amer comme un blasphème.

Monter aux lèvres de leur cœur.


SIXIÈME TABLEAU : LA PAIX SOIT AVEC VOUS


Soudain, dehors un bruit surgit, augmente, monte,

Des hommes sont venus, des palmes à la main.

« Christ est ressuscité, clament-ils.

Notre honte, c'est dans notre foi trop prompte

D'avoir méconnu le Sauveur du genre humain

Qui d'Emmaüs, ainsi que nous fit le chemin.

Christ est ressuscité ! Christ est ressuscité !

Bientôt il va paraître.

Nous reverrons enfin le divin Maître

Il va revivre parmi nous ! »

Alors au flanc de la colline,

Parut l'ombre blanche et divine

Qui dit : « La paix soit avec vous. »


FIN


 





 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement