THÉÂTRE D'OMBRES ET DE SILHOUETTES

STAN  &  OLIVER

transcrit par Nicolas AUBERT



Old-Fashioned SilhouettesDOVER PUBLICATIONS  INC
 
     Les mini dialogues de Stan et Oliver font partie de ce qu'on pourrait appeler "des histoires drôles de cours de récréation".

 
homme personnage en théâtre d`ombres ombres chinoises silhouette marionnette
Stan par Nicolas AUBERT (Jojo)

     Très simples, ils pourront être joués par des enfants et permettront de se focaliser sur l'entrée et la sortie des ombres sur l'écran et sur le jeu (L'ombre qui bouge est celle qui parle, l'autre est immobile.). La taille des marionnettes devra faire environ les deux tiers de la hauteur l'écran et un quart de sa largeur. On évitera de perdre des ombres trop petites sur un écran trop grand.

 
Jojo homme personnage en théâtre d`ombres ombres chinoises marionnettes silhouettes

 
Oliver par Nicolas AUBERT (Jojo)

     On pourra avantageusement choisir deux des trois silhouettes ci-dessus ou même inventer un troisième personnage en s'inspirant de ces ombres.


 
 LE  FRIGIDAIRE

 
OLIVER. - Stan !
 
STAN. - Oliver !
 
OLIVER. - Où as-tu mis le bébé ?
 
STAN. - Dans le frigidaire
 
OLIVER. - Mais... il va attraper froid !
 
STAN. - Non ! J'ai bien fermé la porte.

-o-o-o-o-o-o-o-


LE  JOURNAL

 
OLIVER. - Stan !
 
 
STAN. - Oliver !
 
OLIVER. - Où as-tu mis le journal ?
 
STAN. - Dans le frigidaire.
 
OLIVER. - Mais pour quoi faire ?
 
STAN. - Tu m'as dit que voulais des nouvelles fraîches.
 

-o-o-o-o-o-o-o-


L'OLIVE

STAN. - Oliver !

OLIVER. - Stan ?!

STAN. - Une olive, c'est noir ?

OLIVER. - Non, Stan !

STAN. - Ça a des pattes ?

OLIVER. - Bien sûr que non !

STAN. - Alors, je crois que tu viens d'avaler un cafard !

    -o-o-o-o-o-o-o-


LE  RÉGIME


 

OLIVER. - Stan !
 

STAN. - Oliver ?
 

OLIVER. - Tu es sûr que tu as maigri ?
 

STAN. - Oui, Oliver, de deux kilos.

OLIVER. - Eh bien, ce n'est pas une raison.
 

STAN. - Une raison pourquoi ?
 

OLIVER. - Ce n'est pas une raison pour me marcher sur les pieds.

-o-o-o-o-o-o-o-

 

LES  CHOCOLATS

 

OLIVER. - Stan !
 

STAN. - Oliver !
 

OLIVER. - Où as-tu mis les chocolats ?
 

STAN. - Les chocolats ? Quels chocolats ?
 

OLIVER. - Ceux qui étaient sur la table.
 

STAN. - Je les ai mis à la poubelle. Je croyais que c'était des crottes du chat.

 

-o-o-o-o-o-o-o-


LE  PERROQUET


 

OLIVER. - Stan !
 

STAN. - Oliver !
 

OLIVER. - Où est passé le perroquet qui était dans la cage ?
 

STAN. - L'oiseau ? Je l'ai mangé.
 

OLIVER. - Mais tu es fou ! C'est un oiseau qui parle !


STAN. - Eh bien, il ne m'a rien dit.
 

-o-o-o-o-o-o-o-


LES  PLOMBS


 

OLIVER. - Stan !

STAN. - Oliver !

OLIVER. - Où as-tu mis les petites billes qui étaient sur la table ?

STAN. - Les réglisses ? Je les ai mangées !

OLIVER. - Mais tu es fou ! C'était des plombs de chasse !
 

STAN. - Ah ! Je comprends maintenant : c'est pour ça que tout à l'heure, quand j'ai pété, j'ai tué le chat.
 

-o-o-o-o-o-o-o-


LE CAFÉ

 

OLIVER. - Stan !

STAN. - Oliver !

OLIVER. - Pourquoi y a-t-il du café sur mes gants de boxe ?

STAN. - C'est normal, j'ai battu le café.

OLIVER. - Mais... pour quoi faire ?

STAN. - C'est toi... tu m'as dit que tu voulais du café frappé.
 

-o-o-o-o-o-o-o-

LES  MILLE  EUROS

 

STAN. - Oliver !

OLIVER
. - Stan !

STAN
. - Pourrais me prêter mille euros ?

OLIVER
. - Jusque quand ?

STAN
. - Jusqu'à la paye.

OLIVER
. - Oui, et c'est quand la paye ?

STAN
. - Je ne sais pas, c'est toi qui travailles.


-o-o-o-o-o-o-o-

LE  CAFARD

 

STAN. - Oliver !

OLIVER
. - Stan !

STAN
. - Pourrais-tu me servir un verre ?

OLIVER
. - Oui, mais un verre de quoi ?

STAN
. - Un verre d'insecticide.

OLIVER
. - Mais... tu es complètement fou !

STAN
. - Non, j'ai le cafard.


-o-o-o-o-o-o-o-

FIN


 

 

 

 

 




 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement