THÉÂTRE D'OMBRES ET DE SILHOUETTES

UN  SERPENT  À  L'ECOLE
 
     Les ombres données en exemples ont été relevées sur eBay où on pourra en acheter pour un prix raisonnable. Ce sont de véritables ombres chinoises en cuir qui sont tout à fait magiques une fois projetées.
 

dragon sur ebay

     Les autres silhouettes présentées sont référenciées.
 
     L'école de Lasseube a représenté et filmé cette saynète :
http://ecolelasseube.over-blog.com/pages/Theatre_dombres_Un_serpent_a_lecole-5573883.html

 

 

UN  SERPENT  À  L'ECOLE

 PERSONNAGES :

NARRATEUR
PING
MADAME  TCHOU
MADME   YONG
FLEUR  DE LOTUS
SERPENT / DRAGON
TSI  CHAN  PO
MESSAGER


 
      (Cette histoire est inspirée d'un conte chinois.)
 
NARRATEUR. - Ping, un jeune étudiant, habitait dans un petit village de la région de Huaman. Tous les jours, il se rendait à la ville voisine pour suivre les cours de son maître, le vénérable Tsi Chan Po.
 
(Ping avance sur l'écran. Il croise des personnages qui ne font que passer sur l'écran.)

 
 
PING. - Bonjour, Madame Tchou !

MADAME  TCHOU. - Bonjour, Ping, bonjour.
 

 
PING. - Mes hommages, Madame Yong.

MADAME  YONG. - Bonjour, Ping.

PING. - Mes respects, Mademoiselle Fleur de Lotus.

FLEUR  DE  LOTUS. - Bien le bonjour à toi, Ping.
 
(Le serpent entre sur scène.)
 



ombre de Nicolas AUBERT

 
SERPENT. - Pitié, noble étudiant, pitié... Aie pitié de moi.

PING. - Comment ça, pitié ? Pourquoi devrais-je avoir pitié de toi ?

SERPENT. - Jai faim et j'ai froid. Prends-moi dans tes vêtements et donne-moi à boire et à manger.

PING. - Tu es fou ? Tu vas en profiter pour me mordre...

SERPENT. - Non, je ne te mordrai pas. Je deviendrai ton ami.

NARRATEUR. - Ping, qui était très gentil, prit le serpent sous ses vêtements et lui donna une partie de son repas.
 
 (Le serpent disparaît. Ping arrive chez Tsi Chan Po.)

PING. - Bonjour, vénérable maître.
TSI  CHAN  PO. - Bonjour à toi, Ping. Es-tu prêt pour la leçon du jour ?

PING. - Oui, maître vénéré. Je suis prêt.

TSI  CHAN  PO. - Écoute-moi avec attention : il s'agit d'un proverbe. "Gardez-moi de mes amis et méfiez vous de l'eau qui dort." Va, retourne chez toi et médite sur ce poème. Nous en discuterons demain.

PING. - Bien, vénérable maître.

TSI  CHAN  PO. - Attends un peu... Qu'est-ce qui bouge sous ta chemise ?

PING. - Ce n'est rien qu'un serpent que j'ai recueilli au bord du chemin, vénérable maître.

TSI  CHAN  PO. - Ping, les serpents doivent vivre avec les serpents et les hommes avec les hommes. Tu dois t'en débarrasser.

PING. - Bien, maître.

TSI  CHAN  PO. - Et surtout, n'oublie pas la leçon du jour.

PING. - Oui, maître : "Gardez-moi de mes amis et méfiez vous de l'eau qui dort."

TSI  CHAN  PO. - C'est très bien, Ping. Tu peux partir. N'oublie pas de te débarrasser de ton serpent.

PING. - Oui, maître. 



 
(Ping sort. On le voit se déplacer sur l'écran puis arriver à une montagne. Le serpent apparaît.)
 
PING. - Adieu, serpent, porte-toi bien.

SERPENT. - Au revoir, Ping. Tu m'as sauvé la vie. Je ne l'oublierai jamais. Merci pour tout...

(Le serpent reste tandis que Ping sort.)




 

 NARRATEUR. - Le serpent se mit à grossir, à grossir, jusqu'à devenir un dragon effrayant. (On éloignera doucement le serpent de l'écran de manière à agandir son ombre et on le remplacera par le dragon qui partira de la lumière pour se rapprocher de l'écran.) Il dévorait les gens qui passaient (Deux personnages entrent et sont dévorés.). Les cavaliers de l'Empereur, eux-même, ont essayé de combattre ce dragon. (Deux cavaliers apparaissent et sont dévorés.) Jusqu'à ce que l'Empereur envoie un messager voir le maître Tsi Chan Po.


 


 

MESSAGER. - Bonjour, vénérable maître. L'Empereur m'envoie vers vous.

TSI CHAN  PO.  - Parle, messager. Que désire l'Empereur

MESSAGER. - Un dragon dévore les gens dans la montagne sauvage. Les cavaliers de l'Empereur n'ont pas pu en venir à bout. Que peut-on faire

TSI  CHAN  PO. - Je vais envoyer un de mes anciens élèves, un certain Ping. Il verra ce qu'il peut faire.

MESSAGER. - Tiens bien, vénérable maître. (Il sort.)

PING. - (Entre.) Excusez-moi, maître vénéré, mais je viens d'entendre votre conversation avec le cavalier. Que suis-je sensé faire, vénéré maître ?

TSI  CHAN  PO. - Tu dois aller voir le dragon sur la montagne sauvage et nous en débarrasser. Tiens, prends un sabre en partant.

PING. - Et que me vaut l'honneur d'avoir été choisi, vénéré maître ?

TSI  CHAN  PO. - Je pense, Ping, que ce dragon n'est autre que le serpent que tu avais recueilli quand tu étais jeune. Les informations que j'ai pu recueillir à ce sujet ne trompent pas.

PING. - Qu'il en soit fait selon votre volonté, maître vénéré.

(Ils sortent. Ping arrive à la montagne.)

DRAGON. - (Il entre.) Bonjour, mon ami. Tu te souviens de moi ? Je suis le petit serpent que tu as sauvé en lui donnant à boire et à manger.

PING. - Et bien, serpent, au nom de notre ancienne amitié, tu dois arrêter de manger les gens qui passent.

DRAGON. - J'ai faim, je mange. Point final. Tant pis pour les gens. Au nom de notre ancienne amitié, j'accepte de ne pas manger de gens lorsque je n'aurai pas faim, autant dire pas souvent car j'ai tout le temps faim.

PING
. - Non, dragon. Faim ou pas, tu ne dois plus manger les gens.

DRAGON. - Tu m'énerves, Ping. (Il se jette sur Ping et l'avale.)

NARRATEUR. - Le dragon avait tellement faim qu'il avait avalé Ping tout cru.

DRAGON. - Que se passe-t-il ? J'ai mal au ventre... Non, il me découpe de l'intérieur avec son sabre...

PING. - (Il sort du dragon. Le dragon s'enfonce dans le sol). Repose en paix, ami dragon, si tu peux. Quant à moi, je vais avertir mon maître que les gens peuvent passer de nouveau par la montagne sauvage. (Il sort.)

FIN

 

 
 



Créer un site
Créer un site