THÉÂTRE D'OMBRES ET DE SILHOUETTES

LA  MALADE  IMAGINAIRE.

1783.

Séraphin

homme apoticaire pharmacien en theatre d`ombres ombres chinoises silhouettes marionnettes free


tirés de :

Le Séraphin de l'enfance :
recueil de pièces d'ombres chinoises,
dédiées à la jeunesse
...

 

Le théâtre représente une chambre rustique ; à gauche, un lit.

 


 

PERSONNAGES :

MONSIEUR PIERROT.
MADAME PIERROT.

CRISTOREL, médecin.
DIAFOIRUS, apothicaire.

 

SCÈNE PREMIÈRE.

MADAME PIERROT, voix de MONSIEUR PIERROT.

MADAME PIERROT, seule dans son lit. - Ah ! que je suis malade !.... et Pierrot, mon mari, qui depuis une heure est parti, me laissant seule, privée de tous soulagements.

     (On entend chanter au dehors).


MONSIEUR PIERROT. -
     Pierrot revenant du moulin, (bis)

 

SCÈNE II.

Les mêmes.


Pierrot
 

PIERROT, entrant. Il se met à chanter et à danser. -
     Pierrot revenant du moulin, (bis.)
     Rencontre trois filles sur son chemin ;

     Il prend la première par la main,
     Vous m'entendez bien, vous m' comprenez bien.

MADAME PIERROT. - Monsieur Pierrot, soyez un peu moins fou, pensez-donc à votre épouse.

PIERROT, chantant toujours et plus fort. -
     Pierrot revenant du moulin, (bis.)

     Rencontre trois filles sur son chemin ;
     Il prend la première par la main,
     Vous m'entendez bien, vous m' comprenez bien.

MADAME PIERROT, criant et pleurant. - Pierrot, ne soyez donc pas si gai et si bruyant ; vous êtes insensé d'être ainsi, tandis que votre femme est accablée par la souffrance.

PIERROT. - Au contraire, ma petite, c'est pour m'étourdir ; j'ai trop de chagrin dans le cœur, et, pour le chasser, je viens de boire chez l'épicier du coin un litre à ta santé ; de là je suis allé chez monsieur le Médechien.

MADAME PIERROT. - Dis donc le médecin.

PIERROT. - Je lui ai dit : monsieur le médecin, ma pauvre femme est malade, bien malade, très malade (pleurant), elle va mourir, ma pauvre femme ; arrivez donc, car elle a déjà les fripons de la mort dans le dos, des voleurs dans l'estomac.

MADAME PIERROT. - Dis donc des frissons dans le dos, des vapeurs dans l'estomac.

PIERROT. - Des catholiques dans le ventre et une cathédrale sur un œil.

MADAME PIERROT. - On voit bien, Pierrot, que tu as bu outre mesure, car tu aurais dit des coliques et une cataracte sur les yeux.


PIERROT. - Que veux-tu, ma petite, je n'ai jamais été dans la colle et cependant je lui ai dit tout cela, et le médecin va venir te faire une petite visite pour trois francs ; prends patience. Je ne m'alarme pas sur ton sort, d'ailleurs tu vas mieux et je sais bien que tu m'aimes trop pour jamais faire la sottise de mourir devant moi.

MADAME PIERROT. - Eh pourquoi donc, malheureux ?

PIERROT. - C'est pour ne pas voir la vilaine grimace, ma bobonne.

     (Il sort en chantant.)

 

SCÈNE III.

MADAME PIERROT. - Ah ! que je suis malheureuse d'avoir pour époux un homme aussi dur que celui-là (on entend frapper à la porte).

MADAME PIERROT. - Entrez.

     (On frappe une seconde fois.)

MADAME PIERROT, haussant la voix. - Entrez.
 

SCÈNE IV.

Cristorel
 

MADAME PIERROT, MONSIEUR CRISTOREL.

MONSIEUR CRISTOREL, passant sa tête par la porte. - Suize bien ici chez madame Pierrot ?

MADAME PIERROT. - Oui, Monsieur, donnez-vous la peine d'entrer.


MONSIEUR CRISTOREL, toujours passant sa tête à la porte. - La malade n'a-t-elle pas la fièvre ?

MADAME PIERROT. - Non, Monsieur, et pourquoi ?

MONSIEUR CRISTOREL. - C'est que cela est contagieux et zé ne veux pas l'attraper. (Entrant) Zé viens d'avoir la visite dé monsieur votre mari qui m'a dit que vi étiez bien malade, dé souite zé me souis transporté sur les lieux pour consulter votre langue et votre poultz, afin dé savoir à quoi m'en tenir au sujet de votre maladie ; permettez-moi d'abord, Madame, dé vous faire une petite question : Avez-vous beaucoup d'argent ?

MADAME PIERROT. - Monsieur, la question est singulière, je pense en avoir assez pour vous payer de vos visites.

MONSIEUR CRISTOREL. - Ma combien avez-vous à peu près ?

MADAME PIERROT. - Enfin, Monsieur, nous pouvons bien avoir dans le fond de l'armoire, ne devant rien à personne, sept à huit cents francs.

MONSIEUR CRISTOREL, à part. - Cadédis, sept à huit cents francs ; faisons marcher la médecine, il y a gras. (Haut) Madamc Pierrot, zé vous préviens que la maladie sera longue, ma il né faut pas vous alarmer ; maintenant consultons votre poultz (il s'avance près de la malade). Votre poultz est violemment azité, ce qui prouve que vous zetes dans une azitation très violente ; maintenant voyons votre langue. Dié de Dié, comme elle est chargée ! cela signifie qu'il faut que zé vous administre une petite médecine, puis une petite saignée, puis cela pourra très bien faire que vous aurez une très bonne santé (à part) et purgarée et saignarée et bien sûr crévarée ; (haut) Madame Pierrot, dites-moi, où avez-vous mal ?

MADAME PIERROT. - J'ai mal à la tête.

MONSIEUR CRISTOREL. - Cela prouve d'abord que vous avez une tête. Avez-vous encore d'autres souffrances ?

MADAME PIERROT. - J'ai mal au ventre, il est très dur ; on dirait qu'il y a des crapauds, des grenouilles (très vite), des lézards, des serpents, des crocodiles et des bêtes de votre espèce qui s'y battent sans cesse.

MONSIEUR CRISTOREL. - Mal à la tête, mal au ventre, cela souffit ; zé vais vous envoyer un petit médicament préliminaire qui vous fera un grand bien. Zé vais vous envoyer mon petit garçon apothicaire avec son petit instroument, et il vous l'administrera soigneusement.

MADAME PIERROT. - Qu'entendez-vous par ce petit médicament préliminaire ?

MONSIEUR CRISTOREL. - J'entends, Madame, une petite bouillon pointu.

MADAME PIERROT. - Qu'est-ce que c'est que ça, Monsieur, cela fait-il couler du sang ?

MONSIEUR CRISTOREL. - Une petite bouillon pointu, c'est une petite machine qui a la forme d'une clarinette ; on en fait à présent qui ont la forme d'une pipe, ma moi j'aime mieux lé système ancien, cela est plus sourd. Cela fait éternuer, tousser, cracher, moucher, et mieux que tout cela ; enfin cela est d'une efficacité reconnue pour être très efficace. Zé vous quitte donc, Madame Pierrot, jusqu'en attendant lé plaisir dé vous voir ; monsieur Diafoirus sera ici dans quelquous minutes (il sort).
 




 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement