THÉÂTRE D'OMBRES ET DE SILHOUETTES

LE  KANCHIL, L'ÉLÉPHANT  ET  LA  BALEINE
 

texte et ombres de Nicolas AUBERT

libres de droits.

    kanchil theatre d`ombres ombres chinoises silhouette marionnette
Kanchil
 
 
     Cette histoire est la reprise -avec le personnage du Kanchil- d'un conte traditionnel paru sous différentes versions. Cette pièce d'ombres a eu pour origine un projet de classe avec des élèves de cours élémentaire qui s'étaient attachés au personnage de Kanchil. Chacun voulait faire partie d'une saynète avec ce petit cerf, d'où cette histoire.
    
 
     Une corde est utilisée dans l'histoire. On utilisera une cordelette à laquelle on fera un noeud tous les cinq centimètres afin qu'on puisse la voir être tirée d'un côté ou de l'autre.
 

LE  KANCHIL, L'ÉLÉPHANT  ET  LA  BALEINE
 

texte et ombres de Nicolas AUBERT
libres de droits.
 
      (On placera un palmier de chaque coté de l'écran pour le décor. Les deux palmiers ne toucheront pas les bords).
Chien Bronzé

     (Deux singes sont dans les branches des arbres du décor, un par arbre. L'Éléphant et la Baleine entrent chacun de son côté lorsque le narrateur les annonce).
 
 
Laurent Dégoûtant
 
 
NARRATEUR. - Deux amis singes : Laurent degoûtant et Chien Bronzé, se reposent dans les branches d'un bananier. Tout à coup, ils entendent une conversation entre l'éléphant  et  la  baleine.
 

 
ÉLÉPHANT. - Dame Baleine, vous êtes la reine dans l'eau. Personne n'est plus fort que vous dans votre élément.


 
BALEINE. - C'est vrai, Messire Eléphant, mais, sur terre, c'est vous qui êtes le plus fort. Personne ne peut se comparer à vous.

 
ÉLÉPHANT. - Naturellement. Ma bonne amie, si nous nous mettons ensemble, personne ne pourra nous résister et nous serons les maîtres de la terre entière.
 



 
BALEINE. - Quelle bonne idée ! Je suis d'accord ! Si quelqu'un me résiste, je vous l'envoie et vous vous en occupez. Si quelqu'un vous gêne, jettez-le à l'eau et j'en ferai mon affaire. Vous verrez que dans quelques jours, tout le monde sera à vos pieds et à mes nageoires.

ÉLÉPHANT. - Eh bien, c'est d'accord ! Je vais mettre tous le monde au pas. À bientôt, très chère.

BALEINE. - À bientôt, cher ami. (L'élephant et la baleine sortent de l'écran, chacun de son côté. Les singes sortent du décor et de l'écran puis reviennent au niveau du sol.)

LAURENT  DÉGOÛTANT. - Tu as vu ça, Chien Bronzé ? Si ces deux là se mettent à vouloir faire la loi ici, on n'est pas sorti de l'auberge. On a déjà un loup, un tigre, des humains. Il ne nous manquait plus que ça !

CHIEN  BRONZÉ. - Tu as raison, Laurent Dégoûtant. Mais qu'est-ce qu'on peut faire ? Nous sommes deux petits singes et nous ne sommes que deux.

LAURENT  DÉGOÛTANT. - Eh bien, Chien Bronzé, nous devons chercher de l'aide. Mais qui ? Il n'y a personne d'aussi fort que ces deux lourdauds là.

CHIEN  BRONZÉ. - Oui, et je me vois mal demander de l'aide au tigre ou au loup. Il ne nous reste plus que le kanchil.

LAURENT  DÉGOÛTANT. - Tu as raison. Lui seul est assez malin pour nous sortir d'affaire. Mais où est-il ? J'ai entendu dire qu'il se cachait parce qu"il avait eu un histoire avec le tigre...

CHIEN  BRONZÉ. - C'est toujours comme ça. Il a des histoires avec tout le monde. C'est dans sa nature.

KANCHIL, arrivant. - Je ne rêve pas, on parle de moi, ici.

LAURENT  DÉGOÛTANT. - Ah ! Kanchil ! C'est terrible. L'éléphant et la baleine viennent de se mettre d'accord pour tout commander ici.

KANCHIL. - Oh non ! Il ne nous manquait plus que ça. On a déjà des tigres, des loups, quelques ours, des crocodiles. Il faut que ces deux lourdauds s'y mettent aussi. Qu'est-ce qui leur est passé par la tête ?

LAURENT  DÉGOÛTANT. - Que comptes-tu faire ?

KANCHIL. - J'ai une idée. Vois-tu, je ne veux pas que l'éléphant et la baleine commandent car ils sont aussi bêtes l'un que l'autre. D'un autre côté, je n'ai pas envie d'avoir des ennemis supplémentaires. J'en ai déjà beaucoup trop.

CHIEN  BRONZÉ. - Dis-nous ce qu'on doit faire.
 
KANCHIL. - Vous deux, courez au village et rapportez-moi une corde très longue et très solide. Faites vite ! Je me charge de remettre l'éléphant et la baleine dans le droit chemin. (Les deux singes sortent.)

NARRATEUR. - Quand Laurent dégoûtant et Chien Bronzé sont revenus, Kanchil tire la corde jusqu'au rivage, puis il appelle la baleine.

KANCHIL. - Dame Baleine, Dame Baleine, venez m'aider, je vous en prie.

BALEINE. - Bonjour, cher petit Kanchil. Dis-moi ce qui ne va pas.

KANCHIL. - Bonjour, Dame Baleine. Ma vache s'est enfoncée dans la vase. Si vous acceptiez de m'aider, ce serait facile pour vous de la retirer.

BALEINE. - Mais bien sûr, gentil petit Kanchil.

KANCHIL. - Voilà. J'attache la corde à votre queue. Maintenant, je vais attacher ma vache à l'autre bout. Quand ce sera fait, je vous crierai de tirer et vous tirerez aussi fort que possible.

BALEINE. - Compte sur moi, Kanchil. Même si ta vache était enfoncée jusqu'aux cornes dans de la pierre, je la sortirais de là. (La baleine disparaît dans l'eau).

NARRATEUR. - Kanchil prend l'autre bout de la corde et la tire jusqu'à la forêt. Ensuite, il appelle l'éléphant.

KANCHIL. - Monsieur Eléphant, Monsieur Eléphant, ayez pitié de moi.

ÉLÉPHANT. - Qu'y a-t-il, Kanchil, que veux-tu de moi ?

KANCHIL  . - Monseigneur, ma vache est enfoncée dans la boue. Elle est toute ma fortune. C'est un héritage qui me vient de...

ÉLÉPHANT. - ...Allons, allons, Kanchil, calme-toi. Que veux-tu que je fasse ?

KANCHIL. - Ah, seigneur Eléphant, si j'étais aussi fort que vous, je sauverais ma vache.

ÉLÉPHANT. - Oui, d'accord, et qu'est-ce que je dois faire, alors ?

NARRATEUR. - Kanchil attache l'extrémité de sa corde à la trompe de l'éléphant.

KANCHIL. - Seigneur Eléphant, quand tout sera prêt, je crierai. Alors, s'il vous plaît, tirez, mais tirez très fort car ma vache est énorme.

ÉLÉPHANT. - Peuh ! Même si ta vache était grosse comme un hippopotame, je la tirerais de là.

KANCHIL. - (Il sort de l'écran et crie). Tirez !

ÉLÉPHANT. - (Il tire). Par ma trompe, que cette vache est lourde. (Il sort de l'écran et on voit la baleine arriver de l'autre côté en tenant la corde qui reste tendue).

BALEINE. - Ce n'est pas possible. Cette vache doit être énorme ! (La baleine tire, sort et on voit arriver l'éléphant de l'autre côté. On pourra faire ce jeu plusieurs fois avec une part d'improvisation pour la baleine et l'éléphant).

ÉLÉPHANT. - Mais combien cette vache pèse-t-elle ?

BALEINE. - Mais où est cette vache de malheur ? (En coulisse, on raccourcira la corde entre la baleine et l'éléphant de façon à ce que l'éléphant puisse tirer la baleine sur l'écran).

BALEINE, apercevant l'éléphant. -  Comment, c'est vous ?

ÉLÉPHANT. - Mais vous vous moquez de moi !

NARRATEUR. - Et ils tirent tellement que la corde se casse... crrrrac ! (On détachera simplement la corde d'un des deux animaux). La baleine et l'éléphant s'en vont, en colère tous les deux. Il ne sont pas près de se parler encore...

KANCHIL
. - (Entrant sur l'écran) Et voilà encore un bon travail de fait par le Kanchil. Maintenant, voyons si je ne peux pas aller taquiner quelqu'un... On m'a parlé d'un jeune tigre prétentieux près de la colline des singes à fesses rouges... (Il sort).
 
FIN
 



 



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement