THÉÂTRE D'OMBRES ET DE SILHOUETTES

LA  LÉGENDE  DE  L'ARBRE  DE  NOËL

par Suzanne Longère


 
     (Cette saynète a été éditée par les éditions du Cep Beaujolais dans l'ouvrage : "Les ciseaux magiques". On arrive à trouver quelques références de l'auteur sur le net. Dans le cas d'une représentation en public, il faudra se renseigner sur d'éventuels droits. 
     On ne s'attardera pas sur le côté daté de certains commentaires : cette saynète rend très bien en représentation : l'histoire est originale, l'action progresse sans temps morts, les silhouettes prévues par Suzanne Longère sont efficaces, les personnages sont bien choisis...
     En classe, nous avions élaboré des ombres supplémentaires pour la mise en scène de l'histoire : le sapin décoré, le sapin recouvert de toile d'araignée, le sapin magnifique. L'araignée n'avait pas été réalisée en pâte à modeler mais découpée dans une planchette de contre-plaqué. Un procédé avait été mis en place pour fermer les yeux du sapin ou les ouvrir à l'aide d'un cache. 


     Pour une version non profane de l'oeuvre, il restera facile de remplacer le Père Noël par l'Ange de Noël...).


 
Dover publications Inc.
 
     "Sur la transparence lumineuse de l'écran du théâtre d'ombres, les belles couleurs et l'expression de nos marionnettes perdent leurs effets, car seul le profil de l'image noire mis en valeur par la voix récitante ou commentatrice capte l'attention des petits spectateurs.

     Il s'agit donc, pour obtenir une vision d'ombres suggestives illustrant une leçon, un classique, un conte, d'étudier avec soin la mise en scène, les gestes des acteurs, l'amplification du mouvement, le dédoublement possible d'un personnage s'il y a deux sources de lumière, la forme souvent exagérée à volonté d'un accessoire, d'un détail quelconque, costume ou autre, etc...

     Lorsque les enfants évoluent eux-mêmes derrière la toile, il est facile de les initier à ce genre de comédie, mais nos silhouettes découpées dans du carton demeurent rigides, sans vie, malgré le jeu que nous leur imprimons.

     Pour palier à cet inconvénient, essayons de les animer en usant d'artifices susceptibles d'adoucir la raideur de la ligne profilée et de donner l'illusion de la mobilité et de la réalité : cheveux flous ventilés, rubans flottants, noeuds souples, bras articulés, franges, dentelles, etc...


     Voici quelques idées pour Noël. Prenons pour thème : La légende de l'arbre de Noël."
                                            Suzanne LONGÈRE

 
      (Par l'auteur du site : La présentation du texte d'origine n'a pas été respectée car elle ne suit pas la forme utilisée généralement pour le théâtre d'ombres. Les dialogues sont écrits avec des tirets sans que le nom du personnage qui parle soit clairement indiqué, le boniment du présentateur n'est pas séparé des dialogues...).
 

LA  LÉGENDE  DE  L'ARBRE  DE  NOËL

par Suzanne Longère
 
PREMIER  TABLEAU
 
    LE  THÉÂTRE  D'OMBRES  : Le construire comme un castelet, mais fermer le devant de la scène en tendant une toile transparente à la lumière. Prévoir cet écran le plus grand possible (croquis 1). Manoeuvrer les silhouettes en carton entre l'écran et la source de lumière (croquis 2).
 
    LE  DÉCOR  : Le réaliser avec du papier opaque et l'épingler contre et au dos de l'écran (croquis 3). Découper la porte de la maison (pointillé). Une languette permettra de l'ouvrir ou de la fermer à volonté.

    
VERTES-ÉPINES, le petit sapin. Le découper dans du carton (croquis 5). Proportionner sa taille à sa position un peu éloignée dans le paysage. Coller sur une face de l'arbre ainsi obtenu un papier effrangé dépassant le contour du découpage assez largement tout autour (ou frange quelconque). Ne pas obturer les yeux et la bouche.



 
     (Le petit sapin VERTES-ÉPINES va quitter sa forêt pour se rendre chez les hommes. La bise va essayer de l'en empêcher mais n'y arrivera pas).

 
NARRATEUR. - Le petit sapin VERTES-ÉPINES descend la pente de la montagne (croquis 6). Il vient de quitter sa forêt natale tout là-haut, pour aller tout là-bas, fêter Noël avec les hommes... La bise souffle, souffle tant qu'elle peut pour arrêter sa marche... Elle hurle...


LA  BISE. - Reste avec nous, petit sapin... Reste avec nous... Au village, on te coupera en mille morceaux pour faire de toi un feu de joie... Reste avec nous... Reste avec nous...

NARRATEUR. - Le petit arbre, les épines secouées par ce vent violent, crie très fort... (bruit du vent - ventilation pour agiter la frange de papier)...

VERTES-ÉPINES. - Non, non, non... Je veux aller voir les petits enfants qui chantent et reçoivent des cadeaux le jour de Noël... Laisse-moi passer, méchante bise...

NARRATEUR. - Et le petit sapin mécontent, tant bien que mal, continue sa route... Il arrive bientôt vers la première maison du village. La bise furieuse, siffle, maussade, en entraînant jusqu'au ciel la fumée qui s'échappe de la cheminée (ventilation - le papier cellophane ondoie et donne l'illusion de la fumée).
 
     VERTES-ÉPINES s'arrête et regarde ce beau panache. Soudain, une porte s'ouvre... (ouvrir la porte de la maison). VERTES-ÉPINES entend de fraîches voix chanter une chanson de NOËL (disque).
     Il tressaille... écoute... écoute encore...


VERTES-ÉPINES. - Quelle chance ! Voilà déjà les enfants que je cherchais... Vite, vite, entrons !...

NARRATEUR. - Le petit sapin, tout heureux, oubliant la froide bise, pénètre dans la maison (croquis 7).
  

DEUXIÈME  TABLEAU

 
 DÉCOR : Ecran dégagé, orné de deux guirlandes réunies par une boule suspendue à un fil (croquis 8).


 
GUIRLANDES : Feuilles de houx et de gui découpées dans du papier fort et disposées sur une cordelette (croquis 9).
 



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement