THÉÂTRE D'OMBRES ET DE SILHOUETTES

LE  MORT  RÉCALCITRANT


par Paul EUDEL

illustrations de FALCOYANO


 
     est une pièce animée en un acte, de 1898, qui ne s'adresse pas vraiment aux enfants.
Le mort récalcitrant Paul Eudel en théâtre d`ombres ombres chinoises silhouettes marionnettes
 
     Ayant un exemplaire en ma possession (dédicacé à une certaine Henriette par Paul EUDEL lui-même), j'ai décidé de le mettre en ligne ici.  Cette pièce s'adresse à des adolescents ou des jeunes adultes, voire à un public assez mûr. 

     Le Mort Récalcitrant est  une pantomime, c'est à dire que les rôles sont muets et uniquement mimés. Les personnages  effectuent les actions indiquées par le livret, sans même avoir l'aide d'un texte dit par un narrateur. Heureusement, le scénario peut très bien se prêter à des dialogues improvisés, façon comedia del arte.

     La pièce est prévue  pour un jeu en ombres humaines et non avec des silhouettes découpées. Certaines indications (personnages qui entrent et  disparaissent par le fond, illustrations, scène de l'ouverture du ventre...) ne permettent aucun doute sur ce point, même si aucune indication ne l'indique dans l'ouvrage.

     Le livret est présenté sous couverture souple, avec uniquement le texte et les illustrations, sans autres indications.


 

PAUL  EUDEL
 

le

MORT  RÉCALCITRANT

 
ILLUSTRATIONS  DE  FALCOYANO

Ombres animées
en
UN  ACTE

PARIS

Chez LÉON  SAPIN,  libraire
3, RUE  BONAPARTE
1898

 
PERSONNAGES
 

ERNEST, habit noir, culotte courte, chapeau bicorne.
COLIN, en paysan, large chapeau de feutre.
LE  DIABLE, costume de Méphistophélès, petit manteau, queue.
LE  GENDARME, uniforme, grandes bottes.
ISABELLE, 18 ans, jupon court.
MARTON, vieille femme, tablier à larges poches, grand bonnet, trousseau de clefs, un balai toujours à la main.

 

ARGUMENT

     Marion a une fille, Isabelle. Elle la refuse à Ernest qui est aimé, mais qui n'a pas le sou. Elle préfère la donner en mariage à Colin, riche paysan, qu'Isabelle ne peut sentir. Colin importune sa fiancée ; celle-ci appelle à son secours Ernest qui tue son rival en duel et s'acharne sur son cadavre. Isabelle, prise de pitié, fait revivre Colin. Celui-ci, non corrigé, recommence à faire sa cour. Ernest, qui veille, revient, le poignarde et, aidé d'Isabelle, le met dans un sac. Mais le cadavre récalcitrant s'enfuit en sautillant.
     Un gendarme, prévenu par Marion, vient arrêter les coupables qui lui échappent et paraissent une dernière fois pour être unis par le diable.

 

PAUL EUDEL

le

MORT RÉCALCITRANT

 
ILLUSTRATIONS DE FALCOYANO

Ombres animées
en
UN ACTE

PARIS

Chez LÉON SAPIN, libraire
3, RUE BONAPARTE
1898

SCÈNE  Ière

LE  DIABLE,  LE  GENDARME

 
     Le DIABLE et le GENDARME entrent par le fond. Ils saluent le public et montrent le titre de la pièce :
 
"LE  MORT  RÉCALCITRANT"
 
     Ils font signe au public que la pièce est drôle et n'a d'autre prétention que de faire rire. Ils saluent de nouveau le public et sortent par le fond.
 
 
SCÈNE  II

MARTON, seule.
 

 
      MARTON entre par la gauche ; elle tient un balai à la main, elle fait le ménage, tout en traversant la scène ; elle s'arrête à plusieurs reprises pour priser, ramasser une épingle par terre, tuer une araignée, etc.
     Arrivée à droite, MARTON revient vers le milieu de la scène, tout en restant un peu sur la droite.

 
SCÈNE  III
 
ERNEST,  MARTON

     ERNEST entre par le fond, salue profondément Marton, lui fait des signes aimables.
 
     MARTON témoigne son ennui de le voir, lui demande ce qu'il veut.
     ERNEST lui explique le but de sa visite. Marton a une fille, Isabelle, qui est dans sa chambre, à gauche, derrière lui ; elle est jeune, jolie ; il l'aime, il voudrait l'épouser.
     MARTON se moque de lui. A-t-il de l'argent, beaucoup d'argent ?

 

     ERNEST, ennuyé de cette demande, cherche si, par hasard, il aurait de l'argent. C'est en vain qu'il fouille dans toutes ses poches, il peut même les retourner sans rien trouver, absolument rien.
     MARTON est indignée de son audace ; elle se met en colère, elle chasse Ernest, le poursuit avec son balai.
 
     ERNEST lui échappe ; un coup de balai qui va l'atteindre frappe dans le vide au moment où il disparaît subitement par le fond.
     MARTON, d'abord surprise, le suit par le même chemin.

 

 

SCÈNE  IV

ISABELLE, seule.


 
     ISABELLE entre par la gauche ; elle cherche Ernest, il n'est pas là. Pourquoi n'est-il pas là ? Elle se désole.
     ISABELLE traverse ainsi toute la scène et revient vers le milieu.



 
SCÈNE V

ERNEST,  ISABELLE.

     ERNEST rentre par le fond, se place à la gauche d'Isabelle, la salue, lui indique que le voici.
     ISABELLE l'aperçoit ; elle témoigne sa joie, lui envoie des baisers.


 
SCÈNE  D'AMOUR
 

     ERNEST et ISABELLE se disent qu'ils s'aiment, ils s'embrassent ; ils s'épouseront, malgré Marton.


 
SCÈNE  VI

ERNEST,  ISABELLE,  MARTON
 

     MARTON arrive par la droite ; elle voit Ernest et Isabelle ensemble, elle est indignée. Ernest, malgré sa défense, ose faire la cour à sa fille ! Une idée ! Elle va chercher la police ; elle sort à droite.
     ISABELLE et ERNEST continuent à se faire de doux aveux.



 
SCÈNE  VII

ERNEST, ISABELLE, MARTON, LE  GENDARME.

 
 
      MARTON revient, par la droite, suivie du gendarme ; elle lui montre Ernest : il faut l'arrêter.
     LE  GENDARME passe à gauche, derrière Ernest, le prend par l'oreille, le fait sortir par la droite et sort avec lui.



 
SCÈNE  VIII

ISABELLE, MARTON.


 
     MARTON, restée avec Isabelle, lui fait une scène violente, la menace.
     ISABELLE pleure et fuit dans sa chambre.



 
SCÈNE  IX

MARTON, seule.


 
     MARTON ferme la porte de la chambre d'Isabelle avec une des clefs de son trousseau. Elle revient en scène, toujours en colère, menace toujours Isabelle, cherche à se calmer, prend une prise, boit à même un flacon qu'elle tire de sa poche.


 



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement