THÉÂTRE D'OMBRES ET DE SILHOUETTES

LE TRIOMPHE DE LA CHIRURGIE

homme, le malade imaginaire, paul eudel, pièce de theatre d`ombresn ombres chinoises, silhouettes, marionnettes, lavement, seringue

par Roger DÉZÉCOT

tous droits réservés


SCÈNE  À  JOUER  AVEC  DES  ACTEURS  DERRIÈRE  UN  DRAP

I. - Personnages.

     1. Le chirurgien. Blouse et calotte de chirurgien, lunettes à grosse monture.


     2. Le malade. Maigrichon... Il sera habillé le plus simplement possible de façon qu'à l'écran il apparaisse nu (le recouvrir d'un drap lorsqu'il est amené sur scène).

    
3. Deux aides. Blouse et calotte de chirurgien.


II. - Matériel.

     1. Un billard de chirurgien ou une simple table assez longue. On pourra simuler la pièce d'après les indications données au II, 1 de la scène »Chez le docteur Miracle ».

     2. Une scie égoïne à grandes dents (peut être découpée dans du carton).

     3. Une seringue de très grande dimension (une pompe à insecticide munie d'une fausse aiguille).

     4. Un flacon (découper une silhouette de flacon dans du carton fort ; au milieu, découper les lettres de ÉTHER de façon que ce mot puisse se lire à l'écran).

     5. Un maillet (découpé dans du carton).

     6. Un coutelas de boucher.

     7. Un baquet.

     8. Silhouettes d'un estomac, d'un foie, deux reins, cinq à six mètres d'intestin (le tout découpé dans du papier fort pour les intestins, dans du carton pour les autres organes). Déposer ces silhouettes à plat, sur la table d'opération, à côté de l'opéré.

     9. Une brosse de chiendent.

     10. Une fermeture éclair de 60 cm environ, une grosse aiguille, une pelote de ficelle.


III. - Sonorisation.

     Pas de dialogues, la scène entière est muette. Seul, le coup de maillet pourra être sonorisé (coup de gong donné en coulisse).


IV. - Conseils divers.

     1. Avant l’anesthésie, le malade doit gigoter avec vigueur.

     2. Attention au coup de maillet : il faut frapper doucement tout en donnant l'impression de frapper de toute sa force.

     3. Veuillez à bien présenter au public tous les organes ainsi que la fermeture éclair pour que la scène soit bien comprise par tous.
 

(Tous droits réservés).


-o-o-o-O-o-o-o-


      Au lever de rideau, on n'aperçoit que la table sur laquelle, dans quelques instants, sera allongé le patient.

     1. Le chirurgien (voir I, 1) arrive, portant une énorme valise qu'il dépose, après l'avoir ouverte, sur une chaise, derrière la table d'opérations.

     2. Il se frotte les mains, les lave en crachant dessus et sort un de ses instruments de chirurgie, une scie égoïne à grandes dents qu'il affûte à l'aide d'un tiers-point.

     Pendant qu'il se livre à cette opération, deux aides apportent le patient qui gigote sur une civière et le déposent sur la table d'opérations.

     3. Un aide prépare une seringue (voir II, 3) et pique le patient ; celui-ci gigote de plus belle. On lui applique un tampon imbibé d'éther (voir II, 4) : l'éther n'a pas plus d'effet que la piqûre. En désespoir de cause, un aide arrive porteur d'une énorme de masse (voir II, 5) et au moment où le patient s'assoit, il lui envoie un coup de maillet terrible qui l'endort pour le compte.

     4. Cette opération préliminaire réglée, le chirurgien se met à l’œuvre : armé d'un coutelas de boucher, il entreprend de fendre l'abdomen de l'opéré du sternum au pubis ; il s'y prend à plusieurs reprises, le coutelas étant mal effilé et nécessitant des affûtages fréquents.

     5. Ce travail terminé, il s'éponge le front. Un des aides va quérir un baquet qu'il tient devant lui pendant toute la durée de l'opération.

     Le chirurgien, qui a retroussé ses manches, plonge sans hésiter dans les entrailles du patient, en extirpe à tour de rôle l'estomac, le foie, la rate, et cinq à six mètres de gros intestin (voir II, 8). Les organes extirpés sont ensuite plongés dans le baquet (l'arrosoir sera vide pour ne pas abîmer les organes de papier). On brasse le tout après avoir ajouté le contenu d'un litre d'eau de Javel. Les organes, sortis un par un, sont brossés vigoureusement à l'aide d'une brosse de chiendent.

     6. Le nettoyage effectué, le chirurgien procède à la remise en place du dit appareil digestif ; ce travail se fait avec précautions et à grand renfort de catgut (fil de suture).

     7. L'appareil digestif remis à sa place, on procède à la fermeture de l'abdomen. Un aide apporte une grande fermeture éclair qu'il fait fonctionner avec l'aide de son collègue avant de la présenter au chirurgien.

     Le chirurgien procède à la mise en place de la fermeture éclair à l'aide d'une grosse aiguille et d'une pelote de ficelle. La fermeture éclair étant mise en place, on ferme le tout.

     8. Le patient est remis sur son séant. Il descend de la table d'opérations et serre avec effusion la main de son « sauveur ».


FIN



     D'autres saynètes du même auteur sont disponibles à partir de la page :
http://ombres-et-silhouettes.wifeo.com/roger-dezecot.php


     On pourra chercher d'autres histoires avec des ombres corporelles sur :

http://ombres-et-silhouettes.wifeo.com/ombres-corporelles-jeux.php





 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement