THÉÂTRE D'OMBRES ET DE SILHOUETTES

THEATRE  D'OMBRES  TURC  2
 


     En cherchant sur le web, un site très riche sur le théâtre d'ombres turc peut faire le bonheur d'un amateur de ce type de spectacle. Il s'agit du site : 
 

http://www.karagoz.net/french/theatre_dombre.htm
    
 

       Il semble que la plupart des informations qu'il donne sont reprises de l'ouvrage KARAGÖZ, Théâtre d'Ombres Turc de Metin And. Il me paraît juste de le préciser.


http://atcp.com.au/wp-content/uploads/2007/03/hacivat-karagoz.jpg

     Voici donc les éléments que j'ai pu trouver dans ce site :

 

I. - La pièce d'ombres.

     Chaque pièce de Karagöz contient dans l'ordre : le prologue (mukaddime), le dialogue (muhavere), et l'intrigue principale (fasil).

    Chaque élément reste indépendant des autres qui sont, eux-mêmes, des unités finies et faisant partie d'un répertoire propre à chacune d'entre elles. Le montreur dispose donc d'une palette (connue ou improvisée) de prologues, de dialogues et d'intrigues.

     Chaque pièce se compose d'une combinaison apparemment aléatoire de ces éléments auxquels peuvent être ajoutés des défilés d'ombres (mariage, par exemple), des danses, des chansons...


        Le montreur décide quels éléments doivent être assemblés pour réaliser une pièce d'ombres, avant la représentation ou parfois même tandis qu'elle est en marche.

     Chaque partie et chaque intrigue sont sujettes à des expansions ou à des contractions, mais ceci ne signifie pas que les pièces soient purement improvisées.

     Dans tout le répertoire de théâtre d'ombres, il y a des ensembles de discours et de certaines scènes standard qui ne changent jamais dans leur contenu. Ainsi, avant le prologue, apparaît une image d'introduction ou un ornement d'écran appelé le gostermelik qui est placé à l'écran de toile de tissu et reste là pendant un moment. C'est parfois une figure abstraite ou une image liée au jeu.

     Dans les anciennes pièces d'ombres on avait parfois une scène courte avec des figures animales à la place du gostermelik.


     Quand le jeu commence, le gostermelik disparaît au bruit aigu d'un sifflement appelé le nareke. En prologue, le semai, une chanson, est entonné par Hacivat.

     Ensuite, Hacivat apparaît et énonce un gazel de poésie. Dans la plupart des jeux, il offre une prière à Dieu et prie également au nom du sultan. Il dit également que la saynète qui va suivre n'est pas simplement un jeu mais reflète loyalement le monde où nous vivons et nous enseigne beaucoup.

     Après ceci, il annonce qu'il recherche un compagnon plaisant qui peut parler arabe ou Persan et a une connaissance de la science et des arts et est également doté d'un bon sens de l'humour. Il dit qu'il veut converser avec un tel homme.

   Après ce petit discours, il peut réciter quelques couplets.

   Tandis que ce monologue continue, la tête de Karagöz apparaît du côté droit de l'écran. Il fait plusieurs remarques dans le langage qui lui est propre, en interprétant de travers les propos de Hacivat.

     Cependant, suite aux discours et aux expressions fines de Hacivat qu'il a constamment interprétées de travers, Karagoz descend par la suite pour le rejoindre. Les deux compères se battent, Karagöz au-dessus. Hacivat gagne, sort de l'écran et Karagöz s'en plaint.

     Chaque fois que Hacivat apparaît dans le prologue, il reçoit un coup de Karagoz et disparaît promptement de l'écran. Les phases du prologue se produisent toujours dans un certain ordre.

      Ensuite, la colère de Karagöz diminue, le muhavere, (qui est une bataille d'esprit entre Hacivat et Karagoz) commence.

    Au contraire du prologue, le dialogue change considérablement et n'est pas toujours relié à l'intrigue (fasil).

     Chaque montreur est inspiré par l'actualité ou l'intervention de personnages secondaires dans la pièce (à moins que ce soit par sa propre imagination), et compose en conséquence un dialogue en fonction de son inspiration du moment. Cela change à chaque représentation et peut être différent chaque soirée. Non seulement le thème du dialogue change mais également sa longueur, selon la compétence et l'imagination du montreur.

     Fondamentalement, tous les dialogues suivent le même principe et montrent le contraste entre Hacivat, lettré, érudit et parlant un langage soutenu et Karagöz, au bon sens pratique et au langage simple mais qui interprète de travers les propos de son compère et manque de patience.

     Il y a un deuxième type de dialogue, connu sous le nom de le muhaveresi, dans lequel les prises de bec entre Hacivat et Karagöz continuent pendant l'intrigue, reprises par leurs nombreux admirateurs.



II. - Scénarios ou idées d'intrigues.
 

     Dans d'autres types de jeux, la pièce utilise peu de personnages mais dispose d'une intrigue mieux définie, à la façon d'un vaudeville avec un mari trompé par sa femme ou l'inverse.

     Parfois le sujet de l'intrigue est une liaison amoureuse tirée des histoires ou des légendes populaires, dans lesquelles nous avons deux jeunes qui s'aiment. Ce n'est pas du goût de leurs familles qui tentent de mettre fin à leur relation. Bien sûr, Karagoz et Hacivat aident les jeunes amoureux par des moyens de toutes sortes. Ici l'adaptation exclut habituellement le côté romantique ou tragique et traite principalement l'aspect plein d'humour ou comique des interventions farfelues de Karagöz et de Hacivat (l'absurde n'étant pas exclu). Dans tous ces jeux il y a unité d'action, puisqu'ils ont lieu toujours à l'endroit où l'action de départ s'est produite.

    Dans certains jeux, nous trouverons des nouveaux éléments superbes pour ajouter aux possibilités de déguisement. Quelques jeux contiennent un grand nombre de chansons et de danses et ont une conclusion de fête ou un défilé coloré.

     Une autre intrigue est basée sur un concours de poésie (On peut facilement imaginer Karagöz, parlant mal, composer des vers de mirliton et, par un moyen quelconque -séduction, violence, corruption- gagner le concours).

     Les fous : Hacivat demande à Karagöz de garder son neveu qui est malade mental. (La maladie devra garder un côté humoristique. Par exemple, le neveu se prendra pour un chien et reniflera les parties sexuelles des personnages).

   Le médecin des fous (un grec) : Karagöz emmène le neveu de Hacivat chez le médecin mais celui-ci est aussi fou que ses patients (si ce n'est plus).

     Hacivat et Karagöz entament plusieurs associations d'affaires : louent un bateau, achètent un lot loufoque pour le revendre... Karagoz s'installe comme écrivain public alors qu'il ne sait ni lire ni écrire.

    Dans ces jeux Hacivat s'engage habituellement à trouver des clients pour Karagöz.

     Dans un restaurant, Karagöz travaille en tant que cuisinier.

     Il peut aussi essayer de protéger une femme ayant des ennuis avec ses nombreux admirateurs. Bien sûr, ceux-ci ne sont pas d'accord et il se peut que la femme tombe éperdument amoureuse de Karagöz.

     Dans encore un autre jeu, Karagöz essaye d'entrer dans un endroit d'où il est exclu. Par exemple, aux bains publics ou dans un jardin. Il se déguise ou se mélange avec d'autres qui ont la permission d'entrer.

     Dans tous ces jeux, Karagöz tente de découvrir pourquoi certaines choses, qui sont permises pour une classe privilégiée lui sont interdites.

     Souvent, Karagöz est un domestique qui aide à résoudre les problèmes d'amoureux ou à calmer un père fâché.

     Dans quelques jeux, nous trouvons les éléments surnaturels, des transformations de pseudo-magie pour ajouter aux possibilités de déguisement. Quelques jeux contiennent une grande quantité de chansons et de danses et ont une conclusion de fête ou un défilé coloré, tel que le cortège nuptial dans un grand mariage.

    La plupart des jeux existants de Karagöz ont été dictés ou transcrits par des montreurs d'ombres. En d'autres termes, elles appartiennent à la catégorie des jeux morts, celle des jeux enregistrés sans public. La plupart des textes imprimés sont généralement éloignés de l'original. Même les copies écrites sous la dictée directe du maître d'ombre ne sont qu'un reflet de la véritable pièce en raison de la grande part d'improvisation qu'elle comporte.

     La meilleure collection de scénarios ont été rassemblées et éditées par le professeur Helmut Ritter en Turc et en allemand.

 

III. - D'autres scénarios.

 

Agalik (Karagöz, un monsieur riche) : Karagoz devient riche en abusant la confiance d'un Persan riche qui lui avait confié une grande somme d'argent. Il essaye alors d'avoir affaire avec chaque personne qui veut être employée par lui.

Orman (La Forêt) : Karagöz ouvre un café à ciel ouvert, et va se retrouver complice malgré lui de certains voleurs de grands chemins. Ils sont attrapés après avoir détroussé plusieurs voyageurs.

Kirginlar (Offensé) : Karagöz tue Hacivat et ses trois frères stupides, les cache dans une grande poterie en terre et s'assoit dessus. Le fils de Hacivat réussit à déplacer Karagöz de son siège et dénonce le meurtre. Tuzsuz va punir Karagöz mais le pardonner plus tard.

Kutahya Cesmesi (Kutahya ou la fontaine) : Hacivat indique à Karagöz que son épouse lui est infidèle. Karagöz demande à tous les voisins si c'est vrai mais n'obtient aucune réponse. Il dit à son épouse qu'il part en voyage, se cache, et voit son infortune. Il frappe à la porte de la maison et l'intrus saute dans un bateau. Karagöz indique à son épouse qu'il a oublié d'aller chercher de l'eau de la fontaine. Il y découvre que la fille de Hacivat a une aventure avec un jeune homme et promet de lui donner de l'or enterré par son père. L'arrangement est qu'elle demandera à son père de venir avec les affaires qu'elle avait lavées à la fontaine. Il doit les porter dans un grand sac. En fait l'amoureux de la fille de Hacivat et l'amant de la femme de Karagöz seront dans le sac et Hacivat lui-même les portera assommés à la maison de Karagöz. C'est le plan mais avant qu'il puisse être effectué, Karagöz donne un coup-de-pied au sac et on entend les gémissements des amoureux. Hacivat et Karagöz les tirent alors d'un coup sec dehors. Hacivat ne peut plus pointer son nez chez Karagöz.

Cazular (Les Sorcières) : Deux sorcières rivales ont respectivement un fils et une fille, qui s'aiment mais se sont disputés. Chacun des amoureux va se plaindre à sa future belle-mère. Les deux sorcières tiennent un concours pendant lequel plusieurs personnes sont transformées en animaux.

Sahte Gelin (La Fausse Jeune mariée) : Karagöz se déguise en tant que jeune mariée de Matiz, afin de lui faire faire le vœu de ne plus boire. En fait, lors de la nuit de noce, quand Matiz soulève le voile de la jeune mariée, il trouve un Karagöz barbu à la place de sa magnifique épouse , il apprend la leçon.

Sunnet (La Circoncision) : Karagöz, bien qu'adulte, est circoncis à contrecœur comme un petit garçon. La cérémonie inclut les lunettes et les amusements habituels pour distraire un petit garçon qui se retrouve au lit après la circoncision.

Buyuk Evlenme (Le Grand Mariage) : Ceci inclut un long défilé dans lequel la dot des jeunes mariées est montrée. La nuit de noce, la jeune mariée de Karagöz met au monde un enfant qui est coquin, impertinent, et jure de manière obscène en blasphémant dès sa naissance.

Meyhane (La Taverne) : Ce jeu dépeint les aventures d'un ivrogne notoire appelé Bekri Mustafa.

Civi Baskini (l'incursion, avec l'ongle comme mot de passe) : Deux courtisanes sont installées comme locataires dans une maison appartenant à Karagöz. Il suspecte que les femmes soient dissolues et capricieuses. Les femmes conviennent sur un mot de passe pour leurs amoureux. Ce mot de passe est ongle, mais un ongle spécial. Chaque fois que Karagöz essaye d'entrer, il échoue toujours car il a seulement la moitié du mot de passe. Ainsi il ne peut pas entrer, bien qu'il énumère le nom de chaque genre possible d'ongle. Les hommes viennent. Chacun donne le bon mot de passe et une orgie commence. Par la suite Karagöz parvient à entrer aussi. Mais finalement Matiz arrive et est furieux pour constater qu'ils font des orgies dans un voisinage respectable, transformant la maison en maison close. Cependant, par la suite, il les pardonnera tous.

Hamam (Bains Publics) : Celebi, l'élégant, a hérité de deux bains publics, dont chacun est tenu par une femme qui est une lesbienne notoire. Suite à des réflexions de Celebi, les femmes se fâchent et quittent les bains publics. Celebi veut revenir en arrière car elles sont compétentes et efficaces dans leur travail. Il demande l'aide de Hacivat. Il arrive ainsi à récupérer ses employées. Karagöz, étant jaloux, observe son épouse par la fenêtre des bains publics. Les braises mettent le feu aux bains publics et tout le monde sort tout nu. Tout le monde voit Karagöz avec la moitié de sa barbe qui a brûlé, le vendeur de henné persan ayant mélangé de l'arsenic jaune au henné. Karagöz est affligé parce que, les bains publics ayant fermé, il perd ses clients pour son magasin d'épices qui est en face.

  Karagozun Pehlivanligi (la bourse ou Karagöz le lutteur) : Le riche père d'une fille en mourant lui demande de n'épouser qu'un homme capable de plier son bras de faible femme. Aucun homme n'y parvient car la fille est très forte. Pendant longtemps, les gens essaient mais aucun ne réussit. En fin de compte, ils demandent à Hacivat s'il connaît quelqu'un capable d'accomplir cet exploit. Karagöz réussit l'épreuve mais la mère de la fille impose une autre condition : qu'il batte tous autres lutteurs lors d'un tournoi. Karagöz accepte ce challenge et l'emporte, gagnant ainsi la fille.

Bahce ( Le Jardin ) : Celebi a un jardin. Il en confie la gestion et le fonctionnement à Hacivat qui le transforme en un jardin de plaisirs. Karagöz veut obtenir un travail en tant que musicien dans le jardin mais Hacivat, qui est le directeur, refuse. Plusieurs personnes viennent dans le jardin. Matiz arrive et dit que dans un voisinage respectable, de telles activités ne peut être permises. Il ferme le jardin jusqu'à ce qu'un permis soit obtenu.

Ferhat Sirin (Ferhat et Sirin) : Ferhat, un jeune peintre en bâtiment est amoureux de Sirin. La mère, une veuve riche, ne veut pas que Sirin épouse Ferhat parce qu'il est pauvre. Par la suite elle accepte à la condition que Ferhat réussisse à apporter l'eau de la montagne voisine en utilisant seulement une pioche, un challenge qu'il accepte. Avec l'aide de Karagöz, qui est forgeron, Ferhat réussit à apporter l'eau. La mère de Sirins qui est peu disposée à accepter l'affaire, essaye la magie et d'autres moyens pour séparer les deux amoureux. Les deux amoureux parviendront à se marier.

Tahir Zuhre (Tahir et Zuhre) : Un monsieur riche, suivant le conseil de Hacivat, engage Karagöz en tant que majordome dans son ménage. Le riche veut marier sa fille Zühre à son neveu Tahir car les deux s'aiment. Seulement, la mère de Zühre est également amoureuse de Tahir. Aussi, afin d'arrêter le mariage, elle décide d'utiliser la magie et de permuter Tahir et son mari. Elle engage Karagöz pour mettre une amulette ayant des propriétés magiques sur son mari, afin de l'inciter à changer d'avis. En fait, en se réveillant, le mari change d'avis et sépare les amoureux. Mais plus tard la vérité éclate au grand jour et Karagöz explique tout. Non seulement les deux amoureux sont unis mais, en récompense, Karagöz épouse également une des filles de son riche employeur.

Kayik (Le Bateau) : Karagöz et Hacivat étant sans emploi et abandonnés par leurs épouses, décident de travailler comme bateliers. Ils louent un bateau et leurs services pour le conduire à ceux qui veulent croiser d'un côté du Bosphore à l'autre. Ils rencontrent de nombreuses difficultés. Péripéties et épisodes drôles avec les clients se succèdent.

Ortaklar (Les Associés) : Karagöz se marie une troisième fois sans avertir ses premières épouses. La cérémonie religieuse est célébrée par un prêtre qui dit des prières absurdes et farfelues. Karagöz et sa belle-mère réagissent vertement. La première épouse de Karagöz arrive et demande des comptes à son mari qui se réfugie dans le silence. Sa seconde épouse arrive et il s'ensuit une dispute sur leur place dans le foyer. Le mari d'une des belles-sœurs de Karagöz, Matiz, arrive et menace Karagoz mais le pardonne plus tard.

Cambazlar (Les funambules) : Dans ce jeu, nous trouvons une série d'incidents qui n'ont aucune relation les uns avec les autres. Le premier : Karagöz apprend la sorcellerie d'un sorcier. Karagöz pratique sa magie à partir d'une poterie de terre où il place certaines d'affaires de Hacivat. Celles-ci, en fait, ont été données par la fille de Hacivat à son ami. Karagöz arrive ainsi à créer un âne. Karagöz monte sur l'âne et rencontre trois filles avec qui il discute. Il devient plus tard funambule. Seulement, il tombe de la corde et meurt. Les gens du cirque viennent alors pour porter son cercueil mais Karagöz revient à la vie.

Yalanci (la tanière) où Celebi offre une récompense à la personne qui pourra lui dire le plus grand de tous les mensonges et lui faire admettre que c'est un mensonge. Karagöz est présenté par Hacivat en tant que plus grand menteur au monde. Karagöz dit à Celebi que son père a prêté au sien une forte somme d'argent. Karagöz espère que Celebi va le rembourser. Celebi est attrapé : il doit admettre que le mensonge est un mensonge et payer la récompense ou affirmer qu'il est vrai et payer la dette factice (qui doit être, on le pense bien exhorbitante). 

Mal Cikarma (la chasse de trésor) où Canan, un chasseur de trésors bien connu d'Azerbaïdjan se retrouve transformé en djin.  Il dérobe alors de nombreux objets de valeur à Karagöz : des candelabres, horloges, colliers et ceintures. Karagöz, s'en apercevant,  envoie ses chiens et chasse Canan au loin, en récupérant les objets volés. Karagöz décide de faire la même chose que Canan, en portant un déguisement. Il répète les mots magiques (entendus de Canan)  mais réussit seulement à récupérer des objets sans valeur tels que des serpents, des rats, des araignées et des pots cassés etc...

     Sur la page :
http://ombres-et-silhouettes.wifeo.com/avant-de-dormir4.php des idées de saynètes et des ombres noires sont proposées.

Afficher la suite de cette page



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement