THÉÂTRE D'OMBRES ET DE SILHOUETTES

LE CHAT DE LA MÈRE MICHEL


http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54274002

SOCIÉTÉ ANONYME D'IMPRIMERIE

DE VILLEFRANCHE-DE-R0UERGUE

1886

Jules BARDOUX, Directeur.

LE CHAT DE LA MÈRE MICHEL


Complainte.
 

1.
Le marquis de Grenouillère,

Partant pour servir le roi,
Par malheur mourut en guerre
Au combat de Fontenoy ;
Et sa veuve inconsolable,
Pour son éternel repos,
Sous le toit du misérable
Répandait l'aumône à flots.
 

2.
Cependant de son veuvage
Le silence lui fit peur ;
D'un perroquet le ramage
Vint soulager sa douleur.
Il mangeait de la verdure,
Quand du persil s'y trouva,
Et, lamentable aventure !
Sur-le-champ l'oiseau creva.
 

3.
Alors sa noble maîtresse
Sagement prit le parti

De consoler sa détresse
Par l'achat d'un ouistiti.
Hélas ! l'animal en cage
S'ennuyant, dans le jardin,
Sortit par un jour d'orage ;
Mais il avait, le gredin,
Oublié son parapluie.
Il prit une pleurésie.
 

4.
La dame longtemps pleura,

Puis sur sa tombe jura
De n'aimer plus rien sur terre ;
Vainement pour lui complaire
Sa parenté lui portait
Écureuils, serins, levrettes,
En un mot toutes les bêtes
Que l'amitié découvrait ;
Rien désormais n'agréait.

5.
Mais un jour, après l'office,
En sortant de Saint-Germain,
Par hasard sur son chemin
Elle devint protectrice
D'un malheureux chat, captif

Au milieu d'un groupe oisif,
Qui, plein d'une gaîté folle,

Se riait de l'animal
Traînant une casserole
Pour appendice final.

6.
Tout autour la troupe danse
Et force cailloux lui lance.

7.
La marquise à cette vue
De pitié se sent émue,
Et promet un beau louis d'or
Pour l'avoir vivant encor ;
Chacun se met en poursuite,
Et le chat est pris bien vite.

8.
Pour mieux voir le compagnon
Dont s'est faite ainsi l'emplette
Il faut tirer son lorgnon :
Elle est charmante, la bête !

9.
Minet, insouciant du sort,
Se laisse mettre en carrosse,
Et sur un coussin s'endort
Tandis que trotte la rosse.


10.
De la mère Michel se voit ici l'image
À côté du portrait de monsieur Lustucru.
L'une plie un fichu revenu du lavage,
L'autre porte les clefs des vins du meilleur cru.
Il s'en va vers la cave. Y ferait-il bombance ?
Je n'en sais rien ; son portrait est si noir
Que, s'il eut le nez rouge, on n'y peut plus rien voir.
Ce que je puis, du moins, dire avec assurance,
C'est que chez la marquise il fut maître d'hôtel,
Et que la mère Michel
Était femme de confiance.

11.
Lustucru, peu flatté de voir que l'on apporte
Un nouveau commensal, peste et se dit tout bas :
« Oh ! que le diable les emporte ! »
Mais la marquise n'entend pas.
Et voila Lustucru qui doucement caresse
Le chat, pour plaire à sa maîtresse.




 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement